Jolicloud : un os facile a vivre

Disposant d’un vieux notebook (Eeepc 900), source de longues minutes de souffrance (à peu près 10 minutes entre l’allumage et le lancement d’un divx, avec mes enfants qui attendent derrière), j’ai redécouvert par hasard le projet Jolicloud, dont j’avais entendu parler lors de sa gestation.

Tout disposé à éclater mon netbook contre un mur, j’ai quand même décidé de tenter l’installation de Jolicloud.

Quelle bonne idée j’ai eue :-)

Déjà, l’installation : trop facile, même pas besoin de formater une clé USB ou de graver un CD. Par je ne sais quelle magie, Jolicloud arrive à modifier le bootloader et à s’installer pacifiquement à côté de Windows. Dans mon cas, j’aurais préféré tout reformater, mais bon, la procédure est confortable… c’est parti pour 15 minutes de download…

Reboot, choix de l’os, Jolicloud sélectionné par défaut… Clean, rien à dire.

Démarrage, début de l’installation. Ecrans d’attente ultra clean et, ho, surprise, ma résolution a été reconnue… C’est sleek.

Fin de l’installation, reboot, connection au compte (ordi) puis connection au compte (jolicloud) > un peu trop de comptes…

Apparition du dashboard, furieusement iPadesque…  Tout est très iOS, version open : un app store de toutes les apps imaginables, un accès système minimaliste, les principaux services de storage en ligne prédéfinis…

On a vraiment envie naviguer avec les doigts, le trackpad en devient frustrant :-)

Mon ordi est listé dans le wizard de configuration : rien à gérer niveau drivers.

Après niveau performance, on retrouve celle d’un linux sur ce type de machine : le meilleur possible, même si le processeur aura toujours du mal à envoyer un flux vidéo en plein écran.

En tout cas, cet ordi bon pour la poubelle va refaire un bout de chemin, mais Jolicloud propose bien plus qu’un système pour ordi de récup.

C’est plutôt un aboutissement original d’ergonomie vraiment utilisable pour Linux.

Un système à installer sans hésiter sur un ordinateur familial, essentiellement utilisé pour internet. Dans cette fonction, il remplacera avec joie un windows vieillissant ou un linux récalcitrant.

1 commentaire

  1. manuch dit :

    Merci pour ce beau billet très clair qui donne envie de ressusciter une vieille bécane. Pour ma part, je considère ces solutions telles que Jolicloud ou Ubuntu Netbook Edition, l’avenir de l’informatique d’un point de vue utilisateur. Ou du moins, cela donne la tendance de ce que cela sera, car techniquement, ce n’est pas encore nécessairement la panacée.

Poster un commentaire