Calendrier

« septembre 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

l'actualité du web, des technologies et aussi quelques bons tutoriaux ;-)

Torpark : le navigateur anonyme

Si vous êtes un internaute soucieux de votre vie privée, Torpark est fait pour vous. Conçu par une bande d'irréductibles hackers sous la houlette de l'Electronic Frontier Foundation, il est basé sur Firefox.

La technologie de Torpark est simple : quand vous vous connectez, Torpark ouvre un tunnel SSL (encrypté en 128 bits donc) entre lui et les routeurs de l'EFF. Ainsi ce sont les adresses de ces routeurs qui sont transmises aux sites que vous visitez.

Mieux encore, le réseau de routeurs changent dynamiquement et fréquemment votre adresse, vous rendant complètement intraçable, même au cours d'une visite sur un même site.

Ce fonctionnement a cependant deux inconvénients : le changement d'adresse peut vous obliger à vous relogger fréquemment sur certains sites, même en pleine session, et peut ralentir considérablement la navigation (en raison de l'encryptage et de la surcharge des routeurs).

D'ailleurs, le mode "anonyme" peut être désactivé à tout moment.

Toutes les infos locales (historique, cookies, mots de passes...) sont stockées en RAM, elles disparaissent quand vous quittez le programme.

Bref, un petit exécutable bien pratique et à garder sur votre clé usb en cas de besoin : vous disposerez partout d'une console vraiment anonyme.

Certains esprits mal tournés y verront aussi des possibilités de détournement : fraude au clic sur les liens sponsorisés, votes factices sur digg ou weborama...

PornoTube : quand le sexe se met au Web 2.0

Avec le succès grandissant des plateformes de partage de vidéos (YouTube, Google Video, Daily Motion, etc.), il fallait s'attendre à ce que le créneau du sexe se retrouve rapidement occupé.

logo pornotube

C'est chose faite avec PornoTube. Ce nouveau site qui clone ses rivaux généralistes par d'un principe simple : si vous êtes exhibitioniste, désormais vous pouvez l'être devant des millions de personnes.

PornoTube propose donc, en théorie, des vidéos personnelles de couples s'encanaillant ou de ménagères en mal d'affection se soulageant au vibromasseur.

Evidemment, Web 2.0 oblige, tout est gratuit et non censuré.

Mais le modèle atteint déjà ses limites, notamment en raison du manque de modération : les clips incitant a visiter des sites pornos tarditionnels pullulent et certaines images sont, disons, difficilement regardables.

De plus, son succès étant phénoménal, comme tout ce qui touche au sexe sur Internet, le site a souvent du mal à servir les vidéos. Il faut dire que l'éditeur doit atteindre une consommation de bande passante impressionnante.

Alors, succes story ou gros coup de bluff ? L'avenir nous le dira.