Calendrier

« février 2007
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728

l'actualité du web, des technologies et aussi quelques bons tutoriaux ;-)

ZIPEncryptFTP : encryptez vos sauvegardes FTP

Si vous possédez un serveur sous Windows ou si vous désirez sauvegarder des dossiers de votre poste de travail sur un serveur distant, le plus simple est d'utiliser un transfert FTP.

ZIPEncryptFTP est un petit logiciel qui vous permet d'encrypter à la volée vos sauvegardes tout en les compressant sous la forme d'un fichier zip.

Avec une encryption AES de 256 bits, vos dossier deviennent complètement inutilisables par qui que ce soit, vous apportant une sécurité totale.

Le logiciel est écrit en C# et s'exécute en ligne de commande, depuis le dossier ou il est installé. Il nécessite l'installation préalable du framework .net 2.0.

Attention cependant, il est indispensable d'exécuter l'application en tant qu'administrateur au premier lancement pour qu'elle puisse s'initialiser correctement.

La syntaxe de son utilisation est très simple. Admettons que vous souhaitiez sauvegarder le dossier "c:\images" sur le ftp "monftp.com" avec l'identifant de connexion "webmaster" et le mot de passe "1234", il vous suffit d'entrer la ligne de commande suivante :

ZIPEncryptFTP /directory:c:\images /password:secret /url:ftp://monftp.com/images_backup /ftpuser:webmaster /ftppassword:1234

Ceci aura pour effet de compresser et d'encrypter le dossier "images", puis le transférer sur votre ftp sous la forme d'un fichier nommé "images_backup", protégé par le mot de passe "secret".

Pour récupérer vos données dans le sens inverse, il vous suffit de récupérer le fichier "images_backup" puis d'utiliser la ligne de commande suivante :

ZIPEncryptFTP /password:secret /infile:images_backup /outfile:images.zip

Vous récupérerez le fichier "images.zip" qu'il vous suffira alors de décompresser.

Bien entendu, il est possible d'automatiser ces taches de backup via le gestionnaire de taches planifiées de Windows.

Le site de l'auteur propose encore plus de possibilités et le code source est disponible.

Utiliser Internet Explorer et naviguer dans les fichiers d'un Windows XP non activé

Quand vous installez Windows XP vous avez 30 jours pour activer votre système. Au delà, c'est le rideau noir, vous ne pouvez plus rien faire.

C'est le scénario catastrophe et pourtant... Microsoft a laissé (volontairement ?) une faille énorme pour contourner ce problème.

Un fois que vous avez essayé de vous connecter au système, un message d'erreur apparaît, vous invitant à activer Windows. Dites Oui et vous arrivez sur un écran "Activez Windows". A ce stade, faites la combinaison de touche Windows + U sur votre clavier et cliquez sur l'icône représentant un ordinateur dans le coin en haut à gauche. Sélectionnez "A propos du narrateur" dans le menu déroulant qui devrait vous proposer alors un accès au site de Microsoft.

Dès lors, vous êtes sous Explorer et pouvez surfer sur le web en toute tranquillité. Envie de voir vos fichier ? Il suffit de remplacer l'url par une adresse de fichier local (genre "C:\monfichier.txt).

Et voilà ! En deux secondes vous avez accès à toutes vos infos !

Bien sûr, cette ruse n'est valable que temporairement, mais elle peut vous sortir d'affaire, surtout si vous ne voulez pas activer ce fichu Windows et passer à Ubuntu, sans vouloir payer juste pour récupérer quelques fichier...

Pourquoi les Start-ups n'utilisent-elles jamais Oracle ?

Oracle est la meilleure de base de données du monde. Tout le monde s'accorde pour le dire et il suffit d'en voir une rapide présentation par un expert pour s'en rendre compte. Rapide, robuste, complète et incroyablement bien concue, Oracle reste l'outil ultime de celui qui gère de gros volumes de données.

Mais voilà, les start-ups ne l'utilisent jamais, lui préférant quasi systématiquement ses concurrents open-source, MySQL ou PostGreSQL.

Pour avoir fait l'expérience de tractations avec Oracle dans le cadre de mon travail (où il s'agit de remplacer, éventuellement, MySQL), il est évident que cette société ne prend absolument pas en compte la problématique des sites web, surtout à gros trafic.

Plus habitué à équiper des hôpitaux ou des usines, Oracle axe son offre sur des possibilités d'interconnexion de bases de données, de consolidation, de gestion d'infrastructure. Bref, autant d'arguments qui sont complètement inopérants dans le cadre d'une application web, qui est généralement développée "from scratch".

Le modèle de vente est également complètement ahurissant quand vous êtes habitué à une base de données gratuite. Je pensais que Microsoft possédait la palme, mais j'ai découvert qu'ils avaient un maitre.

Le principe est simple, tout tourne autour de la base de données Oracle10g, auquel vous devez ensuite ajouter des "plugins" (entre guillemets car, vu les tarifs, le terme est un peu réducteur).

La facturation se fait au processeur. Si vous avez un site à fort trafic, donc avec plus de 4 processeurs, vous devez obligatoirement choisir la base donnée en version Enterprise. Admettons que votre base de donnée tourne sur 3 serveurs biprocesseurs, ce qui vous fait un total de 6 processeurs. Le tarif de la base de donnée est de 31 172 €HT, donc avec 6 processeurs, vous tournerez autour de 187 000 €HT.

Ensuite, pour bénéficier à fond de la technologie Oracle, il vous faut les faire tourner en cluster (répartition de charge entre les différents serveurs). Le "plugin" nécessaire s'appelle RAC (Real Application Cluster) et est vendu au tarif de 15 586 €HT. Encore une fois, c'est par processeur, donc un total de 93 516 € HT pour vos six processeurs.

Vous voilà rendu, avec le strict minimum, à un montant colossal de plus de 280 000 €HT !

Vous vous dites, ouf, c'est fini ? Non, car il faut encore payer le support, 56 000 €HT, soit 20% de la somme investie, par an, et ce à vie !

Et encore, ce n'est que le strict minimum auquel peuvent s'ajouter de multiples "plugins" aux tarifs tout aussi pharaoniques et fonctionnant sur le même principe de facturation par processeur. Si par exemple vous voulez faire du datamining et de la BI (Business Intelligence), ajoutez un bon 40 000 €HT (par processeur).

Alors évidemment, quand deux étudiants ont une idée et la développent au fond d'un garage, ils ont tendance à choisir plus facilement une alternative gratuite.

Et quand vient le temps des investisseurs, qui eux vont exiger Oracle pour des raisons plus politiques que technique, il faudra tout recommencer. Ce qui impliquera de nouveaux coûts, de développement cette fois-ci, car le portage d'une base vers une autre n'a rien d'une intervention anodine et exige beaucoup de debuggage et de benchmarking des performances.

Il me semble regrettable qu'Oracle ne prenne pas en compte cette problématique des start-ups en proposant son produit phare à un tarif abordable pour les acteurs d'Internet, pour qui la notion de processeur est ingérable, en raison du volume énorme de données traitées.

Mais avec des parts de marché en chute libre sur les bases Internet, gageons qu'Oracle trouvera à moyen terme une solution spécifique pour ce type de problématique. En tout cas, tant que la situation restera en l'état, on peut prévoir de beaux jours pour les bases de données libres.

Un aide mémoire indispensable pour Ruby on Rails

Si comme moi vous essayez de comprendre le fonctionnement de Ruby on Rails, le dernier framework de développement web à la mode, voici une liste de ses fonctions qui va bien vous aider.

Mais d'abord, Ruby on Rails, c'est quoi ? Il s'agit d'un framework de développement d'applications web basé sur le langage Ruby. Il permet de créer facilement des applications en allégeant la tache des développeurs par l'adoption de conventions, qui simplifient le codage, et par une logique objet puissante qui permet une forte abstraction du code.

Voici un aide mémoire très complet des principales fonction de Ruby on Rails qui vous permettra d'appréhender plus facilement l'étendue de ses possibilités. Vous pouvez le télécharger au format PDF ou le lire directement en ligne.

Vous aurez ainsi un apercu global des fonctionnalités du framework, qu'il s'agisse de son installation, de ses fonctionnalités propres ou de la gestion de problématiques plus triviales (session, cookies, Ajax, XML...).

S'il est effectivement simple de créer une application de blog en 15 minutes, il n'en reste pas moins que Ruby reste un langage de programmation évolué et donc complexe qui s'adresse plutôt à des développeurs d'applications qu'à des développeurs PHP, dans le sens traditionnel du terme (pré-PHP5).

Problèmes informatiques : des réponses d'experts gratuitement

Quand vous avez un problème informatique pointu (avec windows, en développement web, etc.), votre premier réflexe, c'est Google.

Et souvent, en utilisant des requêtes précises (message d'erreur par exemple), vous tombez sur un internaute ayant rencontré le même problème.

Et souvent cette question se trouve sur le site américain expert-exchange.com, qui a le mauvais goût de faire payer pour voir les réponses.

Mais si cette réponse est la seule à votre problème vous risquez de bouillir... Pour passer outre et voir gratuitement la solution, le remède est très simple.

Retournez dans Google et cliquez sur le lien "en cache" de la page d'experts exchange. Et là, en bas de la page, vous trouverez votre réponse.

Les Google gadgets désormais disponibles pour votre site web

Les Google gadgets qui pouvaient se positionner sur la home page Google peuvent désormais être inclus dans toute page web.

Tous les gadgets ne sont pas disponibles, certaines restrictions étant imposées, mais pour la pluspart ça marche et c'est très simple à utiliser : une simple ligne de code à intégrer.

Voici par exemple un jeu de Pac Man du meilleur effet (postez vos scores dans les commentaires) :



La liste des gadgets disponibles est déjà longue... La plupart sont encore en Anglais, mais ça devrait vite être adapté chez nous...