Calendrier

« juin 2007
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

l'actualité du web, des technologies et aussi quelques bons tutoriaux ;-)

Giganews passe à 120 jours de rétention

Giganews, le leader des fournisseurs d'accès aux newsgroups, vient d'annoncer qu'il augmentait la rétention de ses serveurs jusqu'à 120 jours.

Rappellons que les newsgroups sont une alternative au peer-to-peer pour télécharger des fichiers (musique, films, logiciels...). Cette méthode de téléchargement à un énorme avantage, sa vitesse de téléchargement, quasi illimitée avec des fournisseurs comme Giganews.

Mais le défaut des newsgroups est que les fichiers sont périssables : pas plus de 4-5 jours chez les principaux FAI (et encore, quand ils les proposent).

En augmentant la rétention (la durée de vie des fichiers) à 120 jours, Giganews vous donne donc accès à un choix beaucoup plus vaste.

Pour en savoir plus sur les newsgroups, lisez mon article sur Giganews et sur l'excellent logiciel Newsleecher.

HTAccess generator : vos fichiers .htaccess complexes en quelques clics...

Si vous avez un serveur Apache et que vous désirez utiliser la puissance des fichiers .htaccess (rewriting d'url, permissions...) sans vouloir vous donner un gros mal de tête, voici la solution.

HT Access generator est un générateur en ligne qui vous permet de créer très simplement votre fichier .htaccess, même sans grande connaissances informatiques.

Simple et efficace, il dispose d'options sympathiques (définition de pages selon la geolocalisation de l'internaute, pages spécifiques selon la version du navigateur employé par l'internaute...

Par contre, pour de l'url rewriting hardcore à coup de regex, il ne pourra pas vous aider. Mais pour des besoins simples, cela reste un outil de qualité.

Trouvé via Feelfree

Vous vous sentez à l'étroit sur votre 17" ?

Jusqu'à aujourd'hui, je pensais que mon 24" Dell était la solution ultime d'affichage, mais en découvrant la configuration à 6 moniteurs de CineMassiv, je dois reconnaître que ça fait petit joueur.

Constituée d'un assemblage d'un écran 30" et de 6 écrans 21", cette configuration tout intégrée peut affiche jusqu'à 8 millions de pixels simultanément !

Multiscreen

L'ensemble est intégré grâce à un stand métallique très bien conçu. Bien entendu, un logiciel de gestion multi-écrans est fourni afin de pouvoir choisir précisemment qui affiche quoi.

Il vous faudra casser votre tirelire puisque le système est affiché à 7 499$ US, sans compter les cartes graphiques ultra haut de gamme qu'il vous faudra acquérir pour faire tourner la bête.

Mais bon, on peut toujours réver, ça c'est gratuit !

Trouvé via ghacks

6 bonnes raisons de ne pas passer à Vista

Même si Vista provoque un mouvement de rejet parfois exagéré sur le web, il n'en reste pas moins qu'il y a de bonnes raisons d'attendre pour sauter le pas.

Voici 5 raisons majeures qui devraient vous inciter à conserver votre Windows XP encore quelque temps, voire de passer à Linux si vous voulez un système plus simple et plus ouvert.

1 - Le manque de support en ligne

Quand vous avez un problème ou un message d'erreur sous XP, la réponse se trouve sur Google dans 95% des cas. On en est, et c'est bien normal, très loin pour Vista. Le système est jeune et il faudra au moins un an pour qu'une base documentaire solide s'établisse sur les forums et autres sites d'entraide.

Surtout que les geeks qui répondent sur ce type de forum n'adhèrent généralement pas à Vista et préfèrent rester sur XP. Donc si vous avez un problème technique, n'espérez pas trouver la solution sur le web.

2 - De sérieux problèmes de drivers

Vista a considérablement complexifié la gestion des drivers, notamment ceux destinés au périphériques multimédia, en raison de sa politique de DRM.

Les drivers unifiés (un driver ATI pour toute une gamme de la marque) avaient mis des années à s'imposer sur XP (à partir du Service Pack 2) et simplifiaient considérablement la vie des utilisateurs.

Avec Vista, la fête est finie : pour que leurs drivers soient certifiés par Microsoft, les fabricants doivent désormais montrer patte blanche avec des pilotes respectant un cahier des charges infernal.

Evidemment, le cout supplémentaire de ces drivers sera supporté par les acheteurs, sans parler du matériel un peu ancien, qui n'aura sans doute droit qu'à des pilotes au rabais.

3 - Une politique 100% DRM insensée

Les DRM façon Microsoft c'est très simple : où vous achetez une configuration ayant reçu la bénédiction de la firme de Redmond (c'est à dire un PC de grande marque avec des composants hors de prix), soit vous entrez en enfer.

S'inspirant de la méthode de l'iPod, Microsoft exige que toute la chaîne matérielle soit certifiée pour accepter de jouer un contenu HD (lecteur HD-DVD ou Blu-Ray, carte vidéo HDCP, controleur son HDCP et même... écran HDCP !).

Mais à la différence d'Apple, Microsoft ne maitrise pas le matériel sur lequel tourne son OS. Donc le principe est simple : pas de hardware 100% compatible, pas de films en HD...

Un article décoiffant a démontré l'ensemble des ces problèmes et prouve par A+B qu'il est quasiment impossible de posséder une configuration compatible, faute de matériel suffisamment sécurisé (même les cartes graphiques haut de gamme certifiées HDCP ne sont pas assez sûres pour autoriser une lecture HD).

A l'heure où les films et séries en HD pullulent sur les newsgroups et où même Apple abandonne à grands pas son modèle de vente avec DRM, on se demande où va Microsoft. Mais en tout cas, ce qui est sûr, c'est que si vous achetez Vista pour des raisons multimédia, il est plus que temps d'attendre...

4 - Un affichage de jeu vidéo

La fameuse interface Aero qui utilisent les capacités 3D de la carte graphique pour afficher le bureau souffre de l'approximation caractéristique de ce type d'affichage.

Pour proposer quelques effets d'utilité douteuse, Microsoft impose un rendu graphique qui se révèle très inégal d'une application à l'autre.

Les polices lissées via Cleartype sont la plupart du temps floues, pour ne pas dire illisibles dans les petites tailles.

Mais surtout, le problème numéro 1 viens du hardware. N'importe quel gamer sait à quel point l'affichage 3D requiert des ressources matérielle conséquentes. Ce n'est pas le cas de la plupart des configurations "normales" car tout le monde ne choisit pas de mettre 600€ dans sa carte vidéo.

5 - Les éditeurs de logiciels ne jouent pas le jeu

Si la rétro-compatibilité est souvent excellente (tant qu'on ne touche pas à des propriétés système avancées), il n'en reste pas moins que la plupart des éditeurs (et non des moindres) n'ont tout simplement pas préparé leurs logiciels pour Vista.

Les icônes des logiciels, par exemple, sont pour la plupart encore à la norme Windows XP.

Si vous achetez un portable pré-équipé de Vista et de la version de démo de Norton, vous aurez la surprise d'avoir une icône dégueulasse dans votre barre des tâches. Même s'il est probable que vous le supprimerez pour installer un vrai anti-virus, il n'en reste pas moins que l'expérience est plus que déceptive pour l'end user de base.

Ceci est également vrai pour les interfaces elles-mêmes, qui s'avèrent souvent bien peu compatibles avec le "look and feel" de Vista.

Encore une fois, c'est une énorme différence avec Apple, qui, lorsqu'il a sorti son premier MacOs X, a bénéficié de l'incroyable dynamisme de sa communauté de développeurs.

6 - Une politique sécuritaire à contre-courant

Si Linux souffre de peu de failles de sécurité, c'est pour une raison très simple : l'architecture du système est simplissime et les responsabilités sont bien définies, du noyau à l'utilisateur final, en passant par les logiciels. L'administrateur de la machine décide à 100% de sa politique de sécurité et il est facile de configurer une machine Linux en véritable Fort Knox.

Microsoft, en véritable Sarkozy du logiciel, a toujours choisi la méthode inverse : le contrôle et la répression. Et sous Vista, on atteint des sommets : gel complet du PC à la moindre "alerte", firewall omniprésent, incitation à choisir les programmes anti-virus de la marque...

Pour la liberté, vous repasserez...

Ces arguments incitent donc à attendre un service pack et une meilleure diffusion de l'OS avant de l'installer. Tant mieux, ça vous laissera le temps d'économiser pour acheter une nouvelle config !

Vous noterez que je n'ai pas parlé du prix de Vista parmi ces raisons. C'est parce que si êtes prêt à mettre 3000€ dans une configuration, vous ne devriez pas être gêné de dépenser 10% de cette somme pour votre système d'exploitation.

5 trucs simples pour optimiser votre connexion ADSL

Même si aujourd'hui la vitesse des connections ADSL est plus que suffisante pour la plupart des utilisateurs, il n'en reste pas moins qu'avec quelques simples améliorations ont peut obtenir mieux.

Voici quelques réglages qui vous permettront d'obtenir de meilleurs résultats. Ceci améliorera le temps de chargement des pages web, mais se révèlera encore plus utile si vous êtes un adepte du téléchargement sur les newsgroups.

1 - Testez votre connexion

La première chose à faire, c'est de vérifier que votre connexion tiens ses promesses. Pour savoir si votre fournisseur d'accès vous délivre bien ce qu'il vous a promis, faites un test en ligne. Il en existe des dizaines et la plupart des FAI en proposent un. Attention cependant, en testant sur l'outil de votre FAI vous aurez des résultats plus avantageux, puisque vous ne quittez pas son réseau. C'est un avantage pour savoir si techniquement vos conditions de ligne sont bonnes, mais préférez un test indépendant pour évaluer votre potentiel sur Internet.

Voici quelques adresses ou vous pourrez tester votre connection : Faites les tests plusieurs fois et à différents moments de la journée pour établir une moyenne. Si vous obtenez des valeurs éloignées de celles promises par votre FAI, commencez par par vous adresser à lui. L'idée de dépenser de l'argent sur une hotline n'étant pas follement encourageante, commencez directement par un courrier en joignant les résultats des tests.

2 - Utilisez TCP Optimizer

TCP Optimizer est un petit utilitaire très pratique pour optimiser en quelques clics les réglages systèmes liés à votre connexion Internet.
  • Téléchargez et installez le logiciel.
  • Dans l'onglet "General settings" sélectionnez la vitesse de votre connexion.
  • Cliquez ensuite sur "Network Adapter" et choisissez la carte réseau qui vous relie à Internet.
  • Cochez la case "Optimal settings" puis faites "Apply".
  • Redémarrez votre PC.
3 - Utilisez les serveurs d'Open DNS

Pour faire simple, les serveurs DNS sont les plateformes d'aiguillage d'Internet. Quand vous demandez un site web, votre requête arrive sur les serveurs DNS de votre FAI, qui vous redirige sur le bon serveur. Mais les serveurs DNS des FAI ne sont pas les plus complets et peuvent rebondir sur plusieurs serveurs externes avant de trouver la réponse.

Open DNS est un projet gratuit de serveur DNS géant qui vous permet d'obtenir la réponse beaucoup plus rapidement. De plus, Open DNS est intelligent (si vous tapez webinterdit sans rien de plus vous devriez atterrir ici) et offre une protection renforcée contre le phishing.

Pour remplacer vos serveurs DNS actuels par ceux d'Open DNS, la marche à suivre est très clairement expliquée sur le site d'Open DNS, que vous soyez directement relié à Internet ou derrière un routeur.

4 - Désactivez le partage de fichiers

Si vous ne partagez pas de fichiers sur un réseau de plusieurs PC, vous pouvez désactiver cette fonction qui consomme beaucoup de ressources, même lorsqu'elle n'est pas utilisée.

Pour ce faire, il suffit pour cela d'aller dans les propriétés de la connexion utilisée.
  • Cliquez ensuite sur l'onglet "Gestion des Réseaux".
  • Sélectionnez "Protocole Internet (TCP/IP)" puis cliquez sur le bouton "Propriétés".
  • Cliquez ensuite sur "Avancé…"
  • Cliquez sur "Désactiver NetBIOS TCP/IP", puis cliquez sur "OK".
Pour que ce nouveau paramétrage soit pris en compte, désactivez puis réactivez votre connexion (en faisant un clic-droit sur l'icône de la connexion).

5 - Utilisez Google Web Accelerator

Google Web Accelerator est une petite application offerte gratuitement par Google pour accélerer votre navigation.

Le principe est simple : le réseau de Google étant sans conteste le plus rapide du web, il vous est proposé de l'utiliser pour accéder plus rapidement à vos sites préférés.

La contrepartie est qu'en utilisant le réseau Google comme un proxy vous acceptez que Google stocke temporairement certaines informations sur votre navigation.

Ces réglages devraient vous apporter une nette amélioration pour votre surf quotidien et optimiser grandement vos taux de téléchargement pour des fichiers lourds (FTP, Newsgroups, eMule...).

Vista vulnérable avec un simple curseur animé

Une fois de plus, Microsoft est victime d'une faille béante dans ses systèmes, mais surtout, il s'agit d'une faille qui affecte Vista (vous savez le nouveau système impénétrable) comme toutes les autres versions de Windows.

Cette faille peut être exploité à l'aide d'un fichier de curseur animé (fichiers avec l'extension .ani). Ces fichiers permettent de personnaliser le curseur de Windows, notamment celui qui apparait pendant une attente (le sablier).

Découverte par McAfee, cette faille peut se produire lors du téléchargement d'un fichier .ani, qu'il soit rendu disponible sur une page web ou dans un email.

Microsoft a rapidement reconnu la faille et a promis un correctif disponible dans les prochaines mises à jour de sécurité.

En attendant, ils proposent une solution simple et élégante : lire ses messages en texte brut (beurk) et utiliser exclusivement Internet Explorer 7 (re-beurk).

La faille est d'importance, car elle peut conférer au pirate les mêmes droits que l'utilisateur connecté à la machine, qui sont le plus souvent des droits avec privilèges administrateur.

McAfee a d'ailleurs posté une vidéo sur YouTube ou l'on voit que le simple dépôt d'un fichier .ani malicieux sur le bureau suffit pour générer un buffer overflow qui fait relancer indéfiniment l'explorer de Windows Vista.



Donc, en attendant un patch de sécurité, tenez vous à l'écart de tout ce qui ressemblerait à un .ani.